logo-idfrance-alexia豆

Alexia Dou, ici pour sculpter le temps

Le marché du tourisme chinois est une grande salle de jeux d'argent

Alexia 豆
paris

Mon métier de guide-conférencière dans des musées me permet d'être en contact avec beaucoup de touristes de masse ces dernières années.

J'entends chaque jour qu'ils se plaignent de l'hôtel trop éloigné, de la nourriture de mauvaise qualité, d'un programme trop chargé, du tarif trop élevé des activités hors programme ...

En discutant avec des tour-leaders, je comprends aussi que ces derniers ont payé très cher et sont soumis donc à de forte pression financière pour avoir droit à accompagner un groupe.

Hier j'ai travaillé au château de Versailles pour un groupe de touristes qui ont payé au tour-leader pour cette visite hors programme.

Quelques touristes non inscrits à la visite réussissaient à venir au château de Versailles avec le groupe en profitant d'un chauffeur non coopératif et d'un tour-leader inexpérimenté. Ils voulaient acheter eux-mêmes les billets d'entrée pour la visite et se moquaient en même temps de la naïveté de ceux qui ont payé le supplément en disant que le droit d'entrée du château n'est pas aussi cher que le tour-leader a voulu leur faire croire.

Par conséquent, j'ai été interpellée à l'entrée par des clients qui voulaient savoir combien je suis payée par le tour-leader, quel est le prix du billet d'entrée au château, s'ils ont payé un supplément et été ainsi arnaqués.

J'ai tant entendu des plaintes des clients et des tour-leaders impuissants face au marché chinois dominé par la concurrence déloyale à bas prix, que j'ai explosé immédiatement sans pouvoir me contrôler :

- Combien avez-vous payé à l'agence de tourisme pour ce voyage de 5 pays en 12 jours ?

- Plus de 8000 yuans (1100 euros environ).

- D'après vous, que peut-on faire en Europe avec 8000 yuans ?

Le client malheureux :

- 8000 yuans sont suffisamment chers. Beaucoup d'agences annoncent 6000 voire 5000 yuans pour 5 pays en 12 jours en Europe.

A cet instant, je suis amusée et désolée par la naïveté du client

Sans pouvoir calculer le prix de revient exact d'une agence pour un voyage de 5 pays en 12 jours, je sais qu'un aller-retour en avion coûte environ 6000 yuans en dehors de hautes saisons. Le prix peut être descendu à 5000 yuans avec des accords entre agences et compagnies aériennes.

En consultant des grandes plate-formes de réservation, une nuit d'hôtel, hors auberges de jeunesse, coûte au minimum 500 yuans (60 euros) environ avec les sanitaires privatifs et une localisation à 20 km du centre de Paris.

En parlant des repas, j'ai pu aller dans des restaurants avec des tour-leaders. Je suis restée bouche bée la première fois face à ce qu'il y avait sur la table : une grande marmite électrique de riz entourée de quelques plats de quantité pitoyable. Je demandais au tour-leader :

- C'est ce que les touristes mangent chaque jour ?

- Oui, le prix du repas est fixé à 6 euros, c'est-à-dire 50 yuans environ.

Pour le coup, j'admire les restaurateurs accueillant les groupes de touriste chinois, parce que, en vivant à Paris, je ne peux nul part déjeuner pour 6 euros à moins de faire la cuisine moi-même. D'autant plus que ces restaurants se situent dans des quartiers chers et proches des sites touristiques.

Calculons approximativement le prix de revient visible d'un voyage de 12 jours en Europe pour un grand groupe

L'hébergement : 60 euros par nuit et pour deux personnes dans un hôtel à 20 km de Paris. C'est 30 euros par personne et par nuit.

Les repas : 6 euros par repas. C'est 18 euros par personne et par jour.

Pour 11 nuits, l'hébergement et les repas reviennent à 48*11 = 528 euros (4200 yuans environ) par personne.

Supposons que l'agence obtient un prix négocié avec la compagnie aérienne, un aller-retour compte 5000 yuans par personne.

Jusque là, le montant total s'élève à 9200 yuans.

Ne sont pas pris en compte ici la location de l'autocar qui parcourt des centaines de kilomètres par jour, les carburants, les droits d'entrée de l'autocar dans des villes, calculés par tranche de 15 minutes.

Pour lutter contre la pollution et l'embouteillage au centre ville, des municipalités européennes prennent des mesures pour limiter l'entrée des grands véhicules. Ainsi, les autocars touristiques sont obligés d'acheter à la ville un droit d'entrée.

A titre d'exemple, le droit d'entrée à Paris est de 148 euros (1100 yuans environ) pour 3 heures, et de 240 euros (1800 yuans environ) pour 6 heures.

J'entends dire que le droit d'entrée à Rome est plusieurs fois plus cher que celui à Paris.

Ici je ne calcule pas les rémunérations du chauffeur, du tour-leader, et d'autres frais de l'agence comme les salaires du personnel, les frais de visa, les locaux, etc.

Le marché du tourisme chinois est comme une grande salle de jeux d'argent

Les agences de tourisme, les tour-leaders et les touristes sont des joueurs d'argent effrénés.

Les agences vendent des produits aux clients finaux à des prix inférieurs au prix de revient. Elles parient avec le recrutement des tour-leaders qui osent travailler sous haute pression financière, et avec l'achat des activités hors programme par les clients.

Les tour-leaders travaillent sans salaire et sont obligés d'avancer de différents frais. Ils parient avec l'achat des clients des produits supplémentaires et des activités hors programme.

Les touristes, avec un minimum de connaissance, ont une idée globale sur le niveau de consommation en Europe, en consultant par exemple des sites de réservation des hôtels ou des vols.

Mais ils choisissent de participer à ce type de groupe de voyage à bas prix. Sont-ils vraiment naïfs ou parient-ils sur quelque chose ?

Ils parient. Si je n'achète rien d'autre et ne participe à aucune activité hors programme, je serai gagnant. Car 8000 yuans ne représentent qu'un billet d'avion.

Donc le marche du tourisme chinois est une salle de jeux d'argent.

Les touristes chinois, les agences chinoises de tourisme et les tour-leaders chinois sont de vrais joueurs d'argent !

Le marché du tourisme chinois est comme une grande salle de jeux d'argent.

Les joueurs s'y présentent avec de multiples facettes, la fierté et l'arrogance des gagnants, le désespoir ainsi que des conséquences effroyables des perdants.

Les touristes européens ne sont-ils pas joueurs du même genre ?

Je peux vous assurer que non.

La concurrence à bas prix et dans un cercle vicieux est une grande caractéristique de la Chine

Si vous demandez à des français salariés ordinaires combien cela coûte un voyage en individuel dans un pays européen, ils vous répondront rapidement qu'il faut entre 100 et 120 euros par jour pour l'hébergement, les repas et les visites, sans compter le transport aérien et avec un confort au-dessus des conditions de voyage des étudiants.

Ils n'ont pas besoin de faire un calcul précis car ils connaissent l'ordre de grandeur sur le niveau de consommation.

Ils savent que le confort physique et psychologique du séjour a aussi un coût. Un minimum de préparatif est nécessaire pour ne pas se trouver dans des situations pénibles.

Comme beaucoup de français, ils savent que le rapport qualité prix a un sens en France.

En France, la vente à perte est répréhensible par des institutions et qualifiée de concurrence déloyale.

Mais la Chine est différente

Les générations récentes ont vécu la famine et l'époque de romantisme économique des années 90, dans laquelle on peut devenir riche ou complètement démuni du jour au lendemain.

Elles ont vécu aussi l'expérience de participer à un voyage en groupe de haute qualité au prix fort. Mais le patron de l'agence s'enfuit avec la caisse. Et la poursuite à l'administration du tourisme et au tribunal ne donne aucun résultat.

Les chinois pensent : le plus cher n'est pas forcément le meilleur et il vaut mieux choisir le moins cher

Ce type de vente à perte, qui compte sur la vente des produits supplémentaires pour s'équilibrer, n'est-il pas assimilable à une arnaque ?

Les clients qui participent à ce type de voyage en toute connaissance de cause ne sont-ils pas malhonnêtes ?

Les chinois, arnaqués dès l'enfance jusqu'à maintenant, ne trouvent-ils plus le courage de croire en l'existence du bien dans ce monde ? Mettent-ils toujours en avant la méfiance face à toute chose ?

En contact avec de nombreux grands groupes de touriste chinois, j'ai vraiment peur que les professionnels de ce marché en France soient contaminés par l'environnement en Chine et deviennent eux aussi des joueurs d'argent.

Sans créativité et qualité, un prix bas tire le service vers le bas. Chaque joueur a une carte en main : mon prix est plus bas qu'ailleurs.

Quid de l'avenir

Les plats médiocres sur la table vont s'empirer pour devenir les pommes de terre et les choux cuits à l'eau, une soupe de riz à la place du riz.

Les hôtels se situeront à 50 km du centre ville.

Les guides-conférenciers en langue chinoise vont être la risée des autres guides-conférenciers. La concurrence à bas prix à la chinoise révèle que les chinois n'ont aucune vision globale ni la responsabilité sociale ni la déontologie professionnelle et qu'ils ne voient que le profit sous le nez.

Par conséquent, les clients s'en plaignent et les professionnels sont impuissants parce qu'ils suivent les concurrents à prix bas.

Au final, personne ne sera satisfait et les hostilités se développeront. Il n'y aura que des perdants et des blessés. Les clients s'éloigneront de notre service.

A propos des touristes de voyage individuel

Personnellement je voyage souvent en individuel et sans suivre un groupe. Car je n'aime pas avoir des contraintes au niveau du temps et j'aime expérimenter par mes propres sens.

Ainsi je prépare chaque voyage au moins deux ou trois semaines à l'avance, des notes sur l'histoire, la culture et les informations pratiques d'une ville jusqu'au plan, le prix et les horaires d'ouverture d'un musée. Par la même occasion, j'apprends quelques rudiments de la langue locale.

Les touristes chinois que j'ai rencontrés n'ont visiblement pas préparé leur voyage. Est-ce une différence culturelle entre la France et la Chine, qui fait que des chinois ne cherchent pas à être responsables d'eux-mêmes ?

Quand on est perdu, le premier réflexe n'est jamais de consulter un plan. Car lire un plan est beaucoup plus compliqué que de demander à quelqu'un. Et ce sans jamais penser si ce faire peut déranger la personne demandée.

Un guide chinois sert aussi de photographe, soignant personnel, compteur de personnes et panneau d'indication

D'où viennent ces phénomènes bizarres ? De l'incompréhension des professionnels sur leur métier et orientation ou des chinois eux-mêmes qui ont une autre conception sur la dignité qui exige avant tout que chacun soit responsable de ses actes ?

PS : un souvenir d'un repas au restaurant avec mon mari et sa fille de 4 ans

La fille avait envie de choisir ses plats d'après les photos sur la carte. Mon mari était d'accord. Pendant le choix, il lui a demandé à deux reprises si c'était suffisant. Et elle répondait non.

A la fin, elle ne voulait pas finir son plat, par caprice.

Mon mari insistait qu'elle terminait son assiette en lui rappelant sa volonté de choisir ses plats par elle-même. Elle finissait son assiette en versant quelques larmes et sous le regard amusé et l'encouragement des personnes d'une table voisine.

Je pense que la petite fille a appris comme être responsable de ses actes.

Courriel :idfrance.paris@gmail.com

Par wechat :

微信公众号:idfrance-me
微信公众号:idfrance-me
微信个人号:Alexia_doudou
微信个人号:Alexia_doudou